Les courses

Les Courses Hippiques

Les Courses HippiquesLes Courses HippiquesLes Courses HippiquesLes Courses Hippiques

Présentation de la discipline

Créée au début du 19ème siècle, pour valoriser l’élevage local, les courses de Corlay se structurent en 1842 avec la création de la société des courses et acquièrent une renommée nationale. En 1904, les courses quittent le village de Kergolio pour l’emplacement actuel qui conservera l’appellation Hippodrome du Petit Paris.

On a souvent dit que les courses étaient un sport d’aristocrates. Pas à Corlay où les épreuves de la société des courses étaient disputées par les chevaux du canton montés par des commis de ferme. Aujourd’hui encore les couleurs arborées par les jockeys identifient d’ailleurs les propriétaires locaux.

Les installations de Corlay sont à part dans le paysage des hippodromes français. Essentiellement du fait de leurs allures britanniques, selon les connaisseurs. Relief vallonné et champs cultivés procurent une originalité à ce parcours spécialisé en galop, steeple-chase et cross.
Le Petit Paris est un des hippodromes le plus fréquenté de l’ouest et un des plus pittoresques de France. On l’a aussi appelé Le Petit Liverpool.

Un hippodrome champêtre et très familial, où l’on vient autant pour le spectacle que pour les courses elles-mêmes.


Hommage à Mr De Freslon


hommage_a_herve-page0

Hommage à Mr Lamour


La société des courses de Corlay a appris avec une grande tristesse la disparition de Christian LAMOUR correspondant Ouest-France spécialisé dans les courses hippiques. Sa silhouette était familière du public puisqu’il était souvent présent sur la piste pour photographier l’arrivée.

C’était par ailleurs un grand connaisseur du milieu hippique et un ardent promoteur dans la presse des hippodromes des Côtes d’Armor et en particulier de Corlay. Nous perdons comme d’ailleurs tout le milieu hippique cette semaine un grand ami.

La société des courses de Corlay présente à son épouse et à toute sa famille ses plus sincères condoléances.

Daniel Leboucher


Disparition : Christian Lamour

Il fut durant de nombreuses années l’un des correspondants de Paris-Turf, jusqu’au début des années quatre-vingts.  À 82 ans, et au terme d’une implacable maladie, qui l’a frappé en fin d’année dernière, Christian Lamour est décédé alors même que Saint-Brieuc, son hippodrome de cœur, tenait sa deuxième réunion de l’année. Ancien professeur d’histoire et géographie, dotée d’une solide culture classique et d’un sens de l’humour affûté, discret aussi, Christian Lamour alimentait le blog de l’hippodrome de la Baie en textes et en photos, soutenait les petits hippodromes bretons et avait même coécrit un livre, pour les 150 ans de l’hippodrome de Rostrenen. Un ouvrage dans lequel il avait mis à l’honneur les éleveurs du centre-Bretagne, une région dont il était originaire et qu’il aimait tant. Avec lui, les courses bretonnes perdent l’un de ses plus ardents défenseurs. Ses obsèques seront célébrées samedi 17 février, à 10 h 30, en l’église de Trégueux (22).

Article du Paris Turf : http://www.paris-turf.com/actualites/188253


La disparition de Christian Lamour

https://media.ouest-france.fr/v1/pictures/29699e935155e529dd6612f4f72ef7a2-la-disparition-de-christian-lamour.jpg?width=1260&height=712&fill=0&focuspoint=&cropresize=1

Correspondant du service départemental des sports au journal Ouest-France de 1964 à 1991, Christian Lamour nous a quittés, hier matin, à l’âge de 82 ans, emporté par la maladie. Professeur de français à l’école technique du Sacré-Coeur à Saint-Brieuc, le natif d’Hémonstoir avait débuté son activité de correspondant à la rédaction locale avant de devenir photographe au service des sports.

Très apprécié pour sa convivialité et son humour, Christian Lamour était un amoureux du cheval et des courses hippiques (45 saisons de chevauchées sur les hippodromes pour Ouest-France et Paris-Turf), mais il était concerné par tous les sports : la boxe, le cyclisme, le basket et bien évidemment le football. Aux côtés du seul journaliste professionnel de l’époque, René Rocfort, il a notamment vécu les épopées d’En Avant de Guingamp et du Stade briochin, tant en championnat qu’en Coupe de France.

La rédaction présente ses sincères condoléances à son épouse, ses enfants et toute sa famille.

Les obsèques de Christian Lamour seront célébrées le samedi 17 février, à 10 h 30, en l’église de Trégueux.

Article du Ouest-France : https://www.ouest-france.fr/bretagne/cotes-d-armor/la-disparition-de-christian-lamour-5568391